Moi, je n’ai pas ça…

 

Vivre dans le manque est la meilleure façon de devenir une personne jalouse, irritable et malheureuse. Alors, la meilleure façon de contrer ça est bien sûre d’avoir tout!

Après avoir acheté tout on se sent bien. WOW! Cela faisait bien longtemps qu’on voulait ce tout. On en avait tellement besoin. Que la vie va être plus simple, plus belle et améliorée avec ce tout! Moi j’ai ce tout, et toi?

Cela me procure un bonheur bien éphémère.

Que se passe-t-il quand on a tout? Et bien maintenant, on voudrait avoir la dernière et bien meilleure version de tout!

Que se passe-t-il quand il m’est impossible d’acheter ce tout? Je le désire plus que tout.  Je passe mes journées à me dire que sans ce tout je ne suis rien. Il me manque quelque chose pour accéder au bonheur.

Mais que faire pour sortir de cette roue de désir maintenant assouvie qui crée un nouveau désir?

Il est impératif d’abord, d’avoir l’envie que cela change!

S’il y a une lecture que je peux vous proposer, c’est le livre de Pierre-Yves McSween, qui seulement avec le titre peut nous aider grandement : En as-tu vraiment besoin?

Quand on a tout et qu’il y a une meilleure version de notre tout, se demander : «En as-tu vraiment besoin» peut grandement ralentir nos ardeurs. Cela m’a beaucoup aidé pour mon propre budget.

Pierre-Yves rends notre esprit plus claire face à notre consommation. Est-ce que l’on peut réparer quelque chose au lieu de se précipiter au magasin pour en acheter un nouveau? Est-ce obligatoire d’avoir une nouvelle garde-robe à la dernière mode? Est-ce possible d’acheter usagé pour sauver les taxes?

Le moindre petit sous est important, on ne doit pas le dépenser n’importe comment.

Mais bien au-delà du produit, qu’est-ce que cache notre consommation?

Nous sommes ce que nous possédons. Une personne qui conduit une Ferrari à bien mieux réussi dans la vie que la personne qui conduit une petite Micra.

Une personne qui possède une maison à bien mieux réussi que la personne qui est toujours en appartement.

De même que la personne qui a sa propre entreprise a bien mieux réussi qu’une personne qui est salariée.

Est-ce que tous ces éléments définissent réellement qui nous sommes?

Ai-je moins bien réussi ma vie si j’habite dans une hutte dans un village, sans voiture ni travail?

Peut-être avons-nous tout faux. Peut-être que ce sont ceux qui possèdent le moins de choses qui réussissent le mieux leur vie…

Moins de dépenses, moins besoin de travailler, plus de temps pour être auprès des siens.

Qu’est-ce qu’il y a de plus cher à nos yeux? Un exercice pour bien définir les vraies choses importantes est d’imaginer l’horaire du dernier jour de notre vie. Qu’allons-nous faire en nous levant? Et avec qui passerions-nous ce précieux temps?

Si vous avez vraiment envie d’être une personne qui change, vous allez prendre 2 minutes, un crayon et un papier et vous allez écrire le programme de la dernière journée de votre vie. Avec qui allez-vous passer du temps? Où irez-vous? Que mangerez-vous?

Et si vous faites partie des gens qui disent toujours qu’ils aimeraient que ça change mais qui ne font aucun effort, vous allez continuer de lire sans ne rien faire et rien ne changera!

Pas vraiment plaisant de penser au dernier jour de notre vie hein!

Une chose est certaine, près de la mort se retrouve une solidarité,  nous avons besoin d’être avec les gens que nous aimons. Que nous ayons la plus belle voiture ou la plus belle maison, cela n’a plus d’importance.

C’est dans la gratitude que l’on trouve du bonheur et du bien-être. Au lieu de porter notre attention sur tout ce que nous n’avons pas, portons notre attention sur tout ce que nous avons. Nous vivons dans l’abondance.

À commencer par l’eau potable qui coule directement du robinet et que nous laissons s’écouler simplement pour qu’elle soit plus fraîche. Imaginez tous le travail que cela prendrait, à une personne qui vit dans un pays sous-développé,  pour remplir une baignoire en allant chercher son eau au puit à plusieurs kilomètres de sa maison. Je suis reconnaissante, à chaque fois que je me coule un bain, de la belle eau limpide dans laquelle je me glisse et de la chaleur de celle-ci. Je pense à chaque fois à la chance que j’ai et à l’abondance dans laquelle je vis comparativement à certaines personnes dans le monde qui boivent une eau plus trouble que celle de mon bain après que je m’y sois lavée!

Et cela n’est qu’un exemple parmi des milliers! Santé, famille, pays en paix, etc…

Soyons dans la gratitude.

Connaissez-vous ma petite phrase fétiche?

LA VIE EST BELLE ET BONNE POUR MOI,

LA VIE EST BELLE ET BONNE POUR MOI,

LA VIE EST BELLE ET BONNE POUR MOI.

Oui la vie est belle et bonne pour chacun d’entre nous. Tout dépends de ce que nous décidons de regarder et avec quelle lunettes on regarde. Tout découle d’un choix. Le choix de voir tout ce que nous avons, ou le choix de voir tout ce que nous n’avons pas.

 

Devenez la personne que vous rêvez d’être et soyez un modèle pour les gens qui vous entourent. Guidez-les vers un monde meilleur.